Les sports hivernaux : pour un hiver sans blessure!

Avec les temps froids et la neige qui commence à recouvrir le sol, les activités sportives se rapprochent de plus en plus. Que ce soit le ski alpin, le ski de fond, le patin ou le hockey, ces sports comportent certains risques de blessures qui peuvent limiter leur pratique pour une période plus ou moins longue. Il est primordial de comprendre que la neige et la glace modifient les appuis que nous avons au sol, modifiant la demande musculaire et l’équilibre. Il est donc bien important d’être prêt à faire face à ces conditions climatiques et aux demandes énergétiques exigées par votre sport pour diminuer le risque de blessure. Voyons quelques-unes des blessures associées aux sports hivernaux.

Ski alpin, planche à neige

Les sports de glisse demandent un bon contrôle dans les courbes afin d’éviter les chutes. Les blessures les plus fréquentes en ski et en planche à neige sont les entorses associées à une chute. Puisque les chevilles sont solidifiées par les bottes rigides, les genoux sont les articulations les plus fréquemment victimes d’entorse. Il en résulte souvent de la douleur, de l’enflure, des ecchymoses et des limitations de l’amplitude articulaire et de la force. Ces blessures peuvent limiter la pratique de votre sport pour plusieurs semaines.

Ski de fond

Le ski de fond demande des efforts constants. Les blessures de surutilisation comme les tendinopathies sont fréquentes avec ce sport. Un équipement adéquat, une bonne utilisation de celui-ci et une progression adéquate des efforts peuvent aider à limiter les douleurs. Des mouvements de trop grande amplitude à la glisse peuvent mener à des élongations musculaires. Un bon réchauffement avant de pratiquer le sport vous aidera à limiter le risque de blessure.

Patinage, hockey

Un peu comme le ski de fond, les efforts constants demandés par la pratique du patin peuvent résulter en tendinopathie. Voici quelques exemples : les tendinopathies des adducteurs, du moyen fessier et des fléchisseurs de hanche. Comme la surface est glissante, une chute peut également survenir, amenant une augmentation du risque de commotion cérébrale. Les symptômes associés à la commotion cérébrale sont variés, allant des maux de tête, aux troubles de concentration, à la fatigue et aux changements émotionnels. Une bonne gestion des symptômes est essentielle afin de bien régler la commotion cérébrale.

Dans le cas du hockey, les contacts amènent un plus grand risque de blessures et de chute. Les articulations les plus fréquentes sont l’articulation acromio-claviculaire et le genou. Les commotions cérébrales sont fréquentes également. Chez les gardiens de but, les douleurs à l’aine sont courantes compte tenu de la quantité de mouvements latéraux qu’ils doivent faire. On parle a alors de tendinopathie des adducteurs.

Une consultation en physiothérapie peut vous aider à cibler les déficits musculaires et articulaires que vous avez, et ce, que vous soyez blessé ou non. Dans le cas d’une blessure, le physiothérapeute pourra vous aider à vous remettre sur pieds en combinant traitements en clinique et exercices à la maison. Dans le cas d’une préparation à la saison ou en prévention de blessure, le physiothérapeute pourra vous monter un plan d’exercices ciblés selon votre sport et vos objectifs. Vous serez donc en mesure de pratiquer votre sport sans risquer de vous blesser. Nos physiothérapeutes du Complexe Physio Mouvement Santé se feront un plaisir de vous accompagner afin de redevenir ou de demeurer actif et sans blessure.